Quelques astuces permettant de réduire sa facture energétique

Certaines habitudes quotidiennes concernant l’usage de vos appareils ménagers sont particulièrement énergivores. De bons réflexes ou l’installation de quelques petits équipements suffisent pourtant non seulement à réduire vos dépenses énergétiques mais aussi à minimiser l’impact environnemental en adoptant un comportement raisonnable quant à l’utilisation des énergies.

Les gestes à appliquer pour le réfrigérateur/congélateur

L’emplacement du réfrigérateur/congélateur a son importance. Le positionner à proximité d’une source de chaleur (plaque de cuisson, four…) augmente sa consommation énergétique et conduit à des dégivrages plus fréquents. L’air devant circuler correctement, il est également impératif que l’espace entre l’appareil et le mur soit suffisant.

On sait qu’il est conseillé de décongeler les aliments dans le réfrigérateur plutôt qu’à température ambiante pour éviter la prolifération de bactéries. Cette méthode offre un autre avantage : la consommation de l’appareil est diminuée par le froid qu’émet le produit congelé.

La consommation électrique augmente d’environ 30% quand le givre atteint 3 mm d’épaisseur, ce qui signifie qu’il doit être dégivré régulièrement pour rester à une consommation raisonnable.

Limiter la consommation d’eau et d’électricité du lave-vaisselle

Eternel débat que celui du lavage à la main face au lave-vaisselle en terme d’économie. En réalité, tout dépend de la façon dont vous utilisez votre appareil qui peut effectivement s’avérer grand consommateur d’énergie si vous ne faites pas preuve d’un certain bon sens.

Le premier réflexe doit être de ne lancer l’appareil que quand il est plein et non pour laver 3 assiettes et 4 couteaux. Si vous devez vraiment l’utiliser alors que la quantité de vaisselle est insuffisante, le mieux est de le faire tourner en demi-charge, option permettant de laver le contenu d’un seul étage. Et si la vaisselle n’est pas très sale, le mode « éco » permettra d’économiser 25% d’électricité avec une eau moins chaude et 18% d’eau.

Laisser sécher la vaisselle en ouvrant la porte de la machine est une excellente alternative à l’utilisation du cycle séchage. Si vous bénéficiez d’un tarif « heures creuses » au niveau de l’électricité, profitez-en pour faire tourner l’appareil au cours de cette période. Lors du remplacement de votre lave-vaisselle, optez pour un modèle récent qui peut consommer jusqu’à 65% de moins en eau et 40% en électricité face à un modèle plus ancien.

Douche et bain : les bonnes habitudes

Nul ne peut nier le plaisir que représente un bon bain après une journée de travail harassante. Mais c’est un plaisir onéreux s’il est répétitif, sachant qu’une douche de 5 minutes consomme environ 100 litres alors qu’un bain représente de 150 à 200 litres d’eau.

Il est inutile de modifier vos habitudes sous la douche si vous vous livrez à de petites installations. Ce peut être une douchette économe, présentant un débit plus limité que la douchette classique : 7 litres/minute pour la première contre 16 litres/minute pour la seconde. Vous pouvez également opter pour un stop douche qui arrête le déversement d’eau d’une simple pression pendant que vous vous savonnez ; une autre pression donne à nouveau le même débit et la même température. Il faut noter qu’un filet d’eau très fin continue à couler durant l’arrêt, permettant à la fois de ne pas oublier de fermer le robinet une fois la douche finie et d’éviter aux bactéries éventuelles de l’eau chaude de polluer l’eau froide, les circuits restant totalement indépendants l’un de l’autre.

Des lavabos aux équipements malins

Au-delà du simple bon sens voulant qu’on ne laisse pas couler inutilement l’eau pendant qu’on se savonne les mains ou qu’on se brosse les dents, on peut limiter la consommation d’eau en équipant les robinets de mitigeurs thermostatiques permettant de diminuer la consommation jusqu’à 30%.

Il est également possible d’installer des mousseurs ou économiseurs d’eau. Cette petite pièce, fixée à la sortie d’eau du robinet, permet de conserver un débit important en utilisant moins d’eau grâce à l’air qui est infusé dans l’eau qui coule.

Diminuer la consommation des WC

C’est l’appareil où les économies énergétiques sont le plus facilement réalisables grâce à un système de chasse d’eau à double commande. Il est ainsi possible de libérer au choix la totalité du volume d’eau du réservoir ou seulement la moitié, réalisant ainsi une économie d’eau d’environ 55% par rapport à la chasse d’eau traditionnelle.

Lave-linge et sèche-linge

Concernant le lave-linge, les bonnes habitudes à prendre sont identiques à celles se rapportant au lave-vaisselle: faire tourner l’appareil à plein ou utiliser l’option « demi-charge » sur les appareils relativement anciens ou la « capacité variable automatique » sur les modèles plus récents. Ce système permet l’adaptation de la quantité d’eau et d’électricité à la quantité de linge contenue dans le bac.

Le sèche-linge est deux fois plus énergivore que le lave-linge et la facture peut très vite s’envoler à cause de lui. Il faut bien sûr privilégier le séchage à l’air libre, mais quand le temps ne s’y prête pas il faut savoir appliquer quelques astuces.

Il vaut mieux faire tourner le sèche-linge à plein mais sans le surcharger afin que l’air chaud puisse bien circuler à l’intérieur. Le linge doit être bien essoré avant d’être introduit dans le sèche-linge (au moins 1200 ter/min), le temps de séchage en sera considérablement réduit. Un séchage électronique où l’appareil s’arrête automatiquement dès que le linge est sec est préférable à un séchage mécanique, et un modèle à évacuation consomme 10 à 20% de moins qu’un modèle à condensation. Enfin, un sèche-linge avec « départ différé » est recommandé pour pouvoir profiter du tarif « heures creuses ».

La chasse au gaspi pour réduire la consommation liée à l’éclairage

Dans un premier temps il peut être judicieux de revoir l’emplacement de certains meubles pour profiter au maximum de l’éclairage naturel (fauteuil de lecture ou plan de travail de la cuisine à proximité d’une fenêtre…). Les variateurs de lumière dans les pièces de vie et les interrupteurs à minuteries dans les couloirs sont fortement conseillés.

Pour les ampoules il est nécessaire de choisir la bonne intensité : s’il est difficile de descendre en-dessous de 15 à 20 W par m2 dans les pièces à vivre, 10 à 15 W par m2 sont amplement suffisants pour les chambres et les pièces de passage. En utilisant des ampoules LED (plus chères à l’achat mais plus fiables et consommant moins d’énergie que les ampoules à basse consommation), vous réaliserez des économies non négligeables.

Un poste facile à réduire : la veille des appareils multimédia

On n’y pense pas toujours mais les appareils audiovisuels consomment de l’électricité s’ils restent en veille une fois éteints, représentant ainsi près des 3/4 de leur consommation. Beaucoup d’entre eux peuvent être débranchés quand ils ne sont pas utilisés : téléviseur, lecteur DVD, consoles de jeu, ordinateur, cafetière électrique, box/modem si vous n’êtes pas relié au téléphone par Internet. Pensez aussi au four à micro-ondes et à la chaîne Hi-fi si vous n’utilisez pas leur horloge interne. Les divers chargeurs (appareil-photo, ordinateur, téléphone portable…) consomment aussi de l’électricité même si l’appareil correspondant n’y est pas branché.

Chacun de ces appareils pris individuellement ne représente pas une dépense extraordinaire mais, s’ils sont cumulés, ils alourdissent sérieusement votre facture annuelle. Pour vous simplifier la vie, vous pouvez investir dans des multiprises avec interrupteurs vous évitant de débrancher chaque prise séparément, dans des prises coupe-veille bloquant l’arrivée du courant une fois l’appareil éteint et dans des logiciels gestionnaires d’énergie réduisant de 40 à 60% la consommation d’électricité de l’ordinateur.

Et l’extérieur?

Vous pouvez assurer l’éclairage extérieur à l’aide de spots à énergie solaire comportant un détecteur de mouvement. S’ils peuvent sembler un peu chers à l’achat (une quarantaine d’euros en moyenne), en revanche ils ne vous coûteront rien en électricité une fois installés.

Pour les tâches ne nécessitant pas l’utilisation d’eau potable (arrosage du jardin, nettoyage des meubles de jardin ou de la voiture…) le récupérateur d’eau de pluie est tout indiqué. Vous en aurez également l’usage à l’intérieur pour la chasse d’eau ou le lavage des sols.

Laisser un commentaire