Les bons gestes à adopter pour un tri sélectif efficace

Le but du tri sélectif est de faciliter le traitement des déchets, qu’il s’agisse de mise en décharge, compostage, recyclage ou valorisation énergétique. Ce tri comporte plusieurs étapes : le tri à la source, c’est-à-dire celui que nous effectuons (ou essayons d’effectuer) nous-mêmes avant la collecte des déchets, le tri par apport volontaire qui est aussi de notre ressort puisqu’il consiste à amener certains types de déchets dans des conteneurs spécifiques, et le tri en déchetterie effectué par des machines ou des employés au cours du procédé de recyclage.

Depuis le début des années 1990 le tri sélectif a fait son entrée en France, ce qui signifie qu’aujourd’hui mettre chaque déchet dans la poubelle adéquate devrait être un automatisme. Pourtant beaucoup d’erreurs sont encore commises, engendrant ainsi de la matière perdue. Lors de la collecte des poubelles de recyclage, les éboueurs ne ramassent pas celles comportant des déchets qui ne devraient pas s’y trouver ; elles sont donc collectées avec les ordures ménagères et finissent à l’incinérateur ou à la décharge : la matière qui aurait pu être recyclée est perdue.

Le pourcentage d’erreurs de tri est estimé à 23% par les centres de tri. Il faut bien reconnaître que le tri sélectif peut parfois représenter un véritable casse-tête : pourquoi les journaux et les tickets de caisse ne peuvent-ils aller dans la même poubelle alors qu’il s’agit de papier dans les deux cas? Les pièges du tri sélectif reposent sur deux raisons : une raison technique, quand la composition des matériaux est trop complexe pour permettre un tri, et une raison économique due au faible poids de certains déchets pour lesquels le recyclage ne serait pas viable mais qui seront valorisés énergétiquement grâce à l’incinération.

Pour effectuer notre tri au quotidien nous disposons de trois poubelles se différenciant par la couleur de leur couvercle : une poubelle jaune pour les recyclables, une poubelle verte pour le verre et une poubelle marron (ou bordeaux) pour le tout-venant, notamment les déchets alimentaires. Mais, de même qu’il existe des exceptions à la majorité des règles grammaticales, chaque poubelle a aussi les siennes.

La poubelle jaune

Elle est destinée aux produits systématiquement recyclés.

  • Le papier : journaux, magazines, prospectus, cahiers et carnets sans spirales, annuaires, catalogues, feuilles d’imprimante (imprimées ou non), enveloppes.
  • Exceptions : papier de fax, enveloppe à fenêtre, essuie-tout et mouchoir en papier, papiers travaillés (papier calque, papier photo, papier carbone, tickets de caisse, tickets à bande métallique, papier peint).

  • Le carton : boîtes en carton (boîte à chaussures, boîte de biscuits, boîte de lessive, paquet de céréales…), cartons de pizza et autres, briques alimentaires « Tetra Brik » (jus de fruits, lait, soupe, crème), suremballages en carton (cartons entourant les crèmes, dentifrice, yaourts…), rouleaux en carton (essuie-tout, papier toilette…), boîtes à oeufs…

    • Exceptions : les emballages sales ou humides (boîte de patisserie, carton de pizza ou autres comportant des résidus d’aliments…).
  • Le plastique : on pense à tort que tous les plastiques sont recyclables qu’ils soient rigides ou souples, transparents ou opaques, épais ou fins, alors qu’en réalité très peu le sont. La poubelle jaune ne peut recevoir que ceux ayant contenu des produits alimentaires (boissons, huile), des produits d’hygiène (eau de javel, produit vaisselle), ou de beauté (gel douche, shampoing).

  • A ne pas mettre : pot de yaourt et de crème fraîche, sacs plastiques, film plastique, barquettes alimentaires en plastique, vaisselle en plastique, berlingots, emballages de bonbons, gobelets, papier à bulles, bidon d’huile de moteur.

  • Les métaux : il s’agit ici de l’acier et l’aluminium constituant les canettes (bière, soda…) soigneusement vidées, les boîtes de conserve, les aérosols vides (déodorant…) en veillant bien à ce qu’ils ne soient pas percés, les bouchons en métal (confiture, sauce…), les bouteilles de sirop en aluminium.

  • Exceptions : les aérosols ayant contenu des produits toxiques, les boîtes de conserve sales, les barquettes en aluminium, le papier en aluminium (trop fin pour le recyclage), les capsules de café.

La poubelle verte

Il faut savoir que seul le verre d’emballage se recycle. Il est collecté à part en raison de son mode de traitement : des tris manuels et automatiques permettent d’éliminer les impuretés et les objets indésirables et d’effectuer un tri par couleur, puis il est broyé et le calcin ainsi obtenu, mélangé à diverses matières premières est ensuite chauffé et moulé pour fabriquer de nouveaux bocaux, pots et bouteilles. Dans cette poubelle on trouvera donc les bouteilles en verre (lait, bière, vin, jus de fruits), les pots de confiture et de yaourt, les flacons, les bocaux.

En revanche sont interdits la vaisselle culinaire en verre (assiettes, verres, plats) dont la composition chimique diffère du verre dit « alimentaire » et ne fond pas à la même température, les verres spéciaux (ampoules et néons, verre non transparent et coloré, vitres, miroirs, verre armé, plateau de micro-ondes, vitrocéramique, cristal, verre opaline).

Les déchets spécifiques

Les objets non admis en poubelles recyclables vont dans la pouvelle « tout-venant » avec les déchets alimentaires. Si vous possédez un jardin, vous pouvez d’ailleurs trier ces derniers pour en faire du compost. Mais certains déchets bien spécifiques, contenant généralement des matières nocives pour la santé ou l’environnement, ne doivent pas être mis à la poubelle.

  • Les batteries, les piles et les ampoules sont à déposer dans des bornes disponibles essentiellement dans les grandes surfaces pour être recyclées par l’intermédiaire de filières spéciales.

  • Les médicaments non utilisés ou périmés sont à ramener en pharmacie.

  • Les objets dangereux (produits toxiques, peinture, huile de vidange) doivent être transportés à la déchèterie, de même que les gros déchets de bois ou ferraille.

  • Les équipements électriques et électroniques peuvent éventuellement être repris par le distributeur si vous achetez un appareil neuf ; ils peuvent aussi être pris en charge par les encombrants de la commune ou déposés en déchèterie.

  • Les déchets verts sont collectés par la commune ou amenés à la déchèterie.

Les bonnes pratiques du tri sélectif

  • Il est inutile de laver les emballages recyclables avant de les jeter ; bien les vider afin qu’ils ne salissent pas les autres déchets est suffisant.

  • Seuls les déchets de la poubelle « tout-venant » nécessitent l’usage d’un sac ; les autres doivent être jetés en vrac, les sacs n’étant pas recyclables et gênant les chaînes de tri. Ainsi un sac contenant une boîte de conserve sera-t-il acheminé avec les métaux. Par manque de temps les employés effectuant le tri manuel ne peuvent se permettre d’ouvrir tous les sacs pour en trier le contenu et l’ensemble du sac partira donc vers l’incinénateur.

  • Le volume des poubelles coûte aussi cher que le poids ; prenez donc l’habitude d’écraser les emballages et de compresser les bouteilles. Pour ces dernières il est inutile d’enlever les bouchons puisqu’ils sont eux aussi en plastique ; en outre ils permettent de conserver la propreté des bacs.

  • Pour limiter les déchets enfin, n’achetez que ce qui vous est réellement nécessaire, avec une préférence pour les formats familiaux plutôt qu’individuels et les produits en vrac.

Laisser un commentaire