Fourrure, réelle ou fausse?

Que ce soit pour des raisons éthiques ou le désir de ne pas se faire avoir par un vendeur peu scrupuleux, de plus en plus de gens veulent apprendre à reconnaître la vraie fourrure de la fausse.

D’abord préférée pour son prix moins élevé, l’imitation de fourrure aussi connue sous les noms de fausse fourrure ou fourrure synthétique est devenue de plus en plus populaire à mesure que le mouvement de la protection des animaux prenait de l’ampleur. Cela a pour conséquence qu’un plus grand nombre de vêtements en fourrure synthétique sont présents sur le marché, rendant la tâche de différencier le réel du faux encore plus difficile. Depuis leurs débuts, les imitations de fourrure ont gagné considérablement en qualité et l’acheteur inexpérimenté peut avoir du mal à faire la différence. Heureusement, quelques connaissances de base et des tests simples peuvent aider à différencier le réel du faux.


Ce que dit la loi
Au Canada, la loi sur l’étiquetage des textiles couvre la fourrure et requiert que le fournisseur indique le type de fibres textiles présentes dans le vêtement, si la quantité représente plus que 5% de la masse de l’article (Loi sur l’étiquetage des textiles (L.R., 1985, ch. T-10)). Cette loi s’applique également aux produits importés. En théorie, cela veut dire qu’il devrait être facile de faire la différence entre les imitations et les vraies fourrures, cependant la loi ne s’applique pas aux jouets ou aux ornementations. De plus, tout vêtement ou produit acheté de second main risque d’avoir eu son étiquette enlevée.

Quelques tests possibles
Le toucher
Pour réaliser ce test, simplement faire rouler la fourrure entre les doigts. La vraie fourrure est plus douce au toucher que la fausse fourrure, qui a une texture plus rêche.

La vue
Ce test s’applique surtout aux fourrures plus longues et se réalise en soufflant doucement sur les poils pour les séparer. La fausse fourrure présentera le plus souvent des poils de la même longueur et de la même couleur, tandis que la vraie fourrure sera moins uniforme avec plusieurs couches dont les poils plus longs dépasseront. Si la doublure est un peu transparent ou une couture s’est défaite, il est aussi possible de vérifier sous la doublure si le manteau a été cousu en sections, ce qui indique une vraie fourrure.

Test de l’aiguille
Ce test ce fait en plantant une aiguille à la base des poils. Si la fourrure est vraie, le cuir résistera et l’aiguille ne pénétra pas facilement, au contraire de la fausse fourrure qui laissera facilement passer l’aiguille.

Test du feu
Pour ce test, on arrache ou coupe une pincée de poils là où ce n’est pas visible et on l’approche d’une flamme. Il est préférable de faire ce test dans un endroit avec peu de ventilation, car l’odeur qui se dégage des fibres en train de brûler est un indice important. La vraie fourrure, en brûlant, dégagera une odeur semblable à celle des cheveux humains et l’imitation de fourrure aura une odeur plus synthétique de plastique. Aussi, les fibres synthétiques s’enflammeront beaucoup plus facilement que les fibres naturelles car elles sont souvent faites avec du pétrole.

Achat à distance
Avec les nombreux sites de magasinage présentement en ligne, il est fort possible que quelqu’un se retrouve à acheter une fourrure sans avoir la chance de la toucher et la manipuler avant que la transaction soit finalisée. Bien qu’un grand nombre de sites aient des politiques de retour de marchandise, ce n’est pas le cas de tous les sites. Il est donc extrêmement important de pouvoir différencier une vraie fourrure d’une fausse à l’aide de photos.

Tout d’abord, des photos de bonne qualité sont essentielles et il est tout à fait raisonnable d’en demander d’autres si celles offertes sont floues ou sombres, par exemple.

Sur les photos, un manteau ou une veste devrait être présenté sur un mannequin et non pas étendu à plat. La raison pour cela est que la fourrure synthétique est souvent moins ferme et a moins de corps que la vraie fourrure. Sur un mannequin, l’imitation de fourrure va tomber avec plus de plis et moins d’ampleur que la fourrure naturelle, surtout aux alentours de manches.

Également, la fourrure synthétique aura une brillance qui n’est pas naturelle et si la fourrure présente des tâches ou des lignes comme la fourrure d’un lynx ou d’un vison, le motif aura une régularité qu’on trouve rarement à l’état naturel, que ce soit dans la disposition, la forme ou la couleur.

Quelle que ce soit la raison pour laquelle quelqu’un choisit la vraie fourrure ou une imitation, ces quelques trucs devraient permettre d’identifier sans trop d’erreur le type de matériel auquel on a affaire.

Laisser un commentaire