De l’importance d’un bonne literie pour un sommeil de qualité

La qualité de notre sommeil a une influence directe sur notre organisme : notre forme physique et intellectuelle en dépend largement. Quand on sait en outre que nous passons un tiers de notre vie au lit, on comprend mieux la nécessité d’avoir une bonne literie et le choix de cette dernière doit répondre à certains critères liés à notre morphologie et à nos préférences personnelles. Les deux tiers de nos mouvements sont absorbés par le matelas, d’où l’importance de bien connaître tous les éléments à prendre en compte lors de son achat.

La suspension du matelas

Egalement appelée « âme », c’est la matière principale composant le matelas et l’une de ses parties les plus importantes dans la mesure où c’est elle qui soutient le poids du corps et le maintient dans la position la plus favorable à l’endormissement. Il peut s’agir de mousse, de latex ou de ressorts, chacune de ces suspensions ayant ses avantages et ses inconvénients.

Le matelas en mousse est souvent considéré comme bas de gamme, alors que tout dépend du type de mousse utilisé.

  • La mousse polyéther (mousse à cellule fermées) est effectivement une mousse d’entrée de gamme. N’étant absolument pas destinée à un usage intensif, elle est la plupart du temps réservée à une chambre d’amis ou une résidence secondaire en raison de sa courte durée de vie et de son confort limité. En revanche, son prix est très abordable.

  • La mousse polyuréthane (mousse à cellules ouvertes) possède une durabilité, une fermeté et une densité nettement supérieures à la précédente ; mais elle est totalement déconseillée dans les lieux à forte humidité.

  • La mousse à mémoire de forme (viscoélastique) représente la suspension haut de gamme. Sous la pression et la chaleur du corps il se modèle pour épouser le corps, ce qui en fait la matière idéale quand on a des problèmes de dos. Il est à noter qu’il ne constitue que la couche supérieure du matelas et que la couche inférieure est basée sur une autre matière. Il présente néanmoins l’inconvénient de retenir la chaleur quand on transpire et de rester dur dans une pièce non chauffée. Son prix élevé peut parfois être un frein.

Le matelas en latex, qu’il soit synthétique ou naturel, est considéré comme l’un des meilleurs. Possédant différentes zones de confort, il offre à la fois moëlleux et fermeté ; quant aux alvéoles dont il dispose, elles sont synonymes d’aération et de longévité. Mais sa qualité dépend de la proportion de latex naturel qu’il comporte, à savoir 15% au minimum.

Si tous les matelas à ressorts présentent l’avantage d’une bonne ventilation, leur qualité varie selon le type de ressorts utilisé.

  • Le matelas à ressorts biconiques appartient à la première génération des matelas à ressorts. Ces derniers, non ensachés, sont en forme de spirales plus larges aux extrémités qu’en leur centre et reliés entre eux par des fils d’acier. Ils ont pour eux le moëlleux et le confort renforcé par le garnissage, ainsi que leur prix abordable. Mais au fil des ans, les ressorts deviennent de plus en plus douloureux.

  • Le matelas à ressorts multispires est constitué de nombreux ressorts reliés par un fil d’acier continu offrant un soutien très homogène. Leur nombre peut aller de 600 à 2000 et plus les ressorts sont nombreux, plus le matelas est ferme. Avec sa grande capacité d’aération, il est tout indiqué pour quelqu’un transpirant beaucoup. Principal inconvénient : les ressorts, étroitement entrelacés, répercutent les mouvements du dormeur sur l’ensemble du matelas ; à réserver donc au sommeil en solo. A noter également son prix plus élevé que le matelas à ressorts biconiques alors que sa durée de vie est moindre.

  • Le matelas à ressorts ensachés représente la technologie la plus performante en matière de matelas à ressorts : chaque ressort est enfermé dans une enveloppe en tissu. Là aussi un nombre important de ressorts (pouvant aller de 400 à 1200) influe sur la qualité. L’alignement de la colonne vertébrale et la répartition de la pression du corps sont assurés avec ce type de matelas offrant, en outre, une parfaite indépendance de couchage. Son seul inconvénient se situe au niveau de son prix.

La densité du matelas

Exprimée en kg/m3, la densité (c’est-à-dire la fermeté) idéale d’un matelas dépend du poids et de la taille de l’utilisateur. Une grande taille nécessite une densité importante. Un soutien souple (65 à 75 kh/m3) est préconisé si l’on pèse plus de 50 kg. A partir de 70 kg, un soutien ferme (de 75 à 85 kg/m3) est conseillé et au-delà de 100 kg, un soutien très ferme (plus de 85 kg/m3) s’impose.

La préférence personnelle en matière de souplesse ou de fermeté entre bien sûr en ligne de compte. Mais pour un sommeil de qualité, sachez qu’il ne faut jamais descendre en-dessous de 25 kg/m3 et qu’une densité moyenne de 70 kg/m3 est l’assurance d’une bonne fermeté.

Le garnissage du matelas

C’est lui qui conditionne l’accueil, c’est-à-dire la sensation de confort. Le garnissage synthétique, de faible coût et très courant, s’adresse souvent aux matelas d’entrée de gamme. S’il a l’avantage d’être hypoallergénique, son grand inconvénient repose sur la faiblesse de son pouvoir absorbant. Toutefois, s’il s’agit d’un polyester en fibres creuses, la circulation d’air est bien meilleure et l’accueil plus moëlleux.

Optez plutôt pour un garnissage naturel : coton (grand pouvoir absorbant, moëlleux, hypoallergénique) ; soie (thermorégulateur, hypoallergénique et anti-acariens, moëlleux, très durable) ; fibre de coco (dynamique, bien ventilé, antibactérien, durable) ; laine (moëlleux, très résistant, fort pouvoir thermique).

Le bon accord sommier/matelas

N’oublions pas que le matelas absorbe les mouvements mais que c’est le sommier qui les amortit. Il participe donc à la bonne qualité du sommeil mais l’association de certains sommiers avec certains matelas est totalement déconseillée.

  • Sommier à lattes : les lattes fixes offrent un confort ferme et une bonne aération au matelas, mais aucune élasticité ; les lattes actives, en suivant les mouvements du corps sur le matelas, offrent un meilleur confort. Sommier à lattes sans suspension + matelas en mousse pour une utilisation ponctuelle ; avec suspension, il est conseillé un matelas en mousse ou à ressorts ; avec suspension et curseurs de fermeté, il est parfait pour les matelas en latex ou à ressorts et pour les matelas en mousse de bonne qualité.

  • Sommier à ressorts ensachés (les autres types sont à déconseiller) : destiné uniquement au matelas à ressorts, il ne s’accommode ni du latex ni de la mousse ; durée de vie limitée avec affaissement des ressorts au fil du temps.

Sachez enfin que pour un couple dont les occupants présentent une grande différence de poids, deux couchages indépendants sont préconisés : soit un sommier avec deux matelas individuels, soit deux sommiers avec deux matelas accolés. Chacun peut ainsi choisir la fermeté désirée et conserver son indépendance de couchage.

Laisser un commentaire